Blog - Alain Herrault
entre Catalogne et Aragon




Retour aux sources, les belles Pyrénées qui m'ont appris à aimer la montagne avant de m'installer dans les Alpes.

une semaine entre le massif du Carlit dans les Pyrénées orientales et la fameuse Sierra de Guara, bien connue des amateurs d'escalade ou de canyoning.



Le secteur des Bouillousses est un coin extraordinaire. l'été sec, l'herbe grillée et ce ciel métallique renforçaient cette impression de grands espaces.



Les petit et grand Péric ! si j'étais un cheval, c'est là que j'habiterais.



Nous avons passé de longs moments en compagnie de ces chevaux dans un décor ahurissant.



Un panoramique de ce paysage à l' allure volcanique.



Le but de notre balade du jour: un des superbes lacs de Camporeye et le refuge du même nom.



Sur l'un des lacs des Bouillousses, un goéland se saisit d'une truite (morte certainement). La méditérannée n'est pas loin.



Je vous conseille le camping municipal de Mont-Louis dans lequel serpente ce beau torrent de montagne, à 200 m de la navette obligatoire menant au secteur des Bouillousses.



à deux pas du camping, une rencontre pour le moins sympa



je dirais même mieux: deux rencontres.



Un vieil arbre ne manquant pas de toupet !



et pour finir cette escapade catalane, le beau lac supérieur de Camporeye au pied des Perics. toujours aux allures volcaniques.



Changement de décor, nous laissons le granit Catalan pour les calcaires et conglomérats Aragonais. Le beau village d'Alquezar. Nous sommes en Sierra de Guara



De nuit, il est encore plus beau.



Ou encore



A ses pieds, les impressionnantes gorges du Rio Vero.



Une autre perspective sur le fameux canyon sous un ciel toujours aussi menaçant.



Un bel arcus nous invite à chercher au plus vite un abri. L' orage est proche. On voit bien à gauche les calcaires nummulitiques et à droite la couverture de conglomérats



C'est également un site exceptionnel pour le nombre de rapaces qui nichent dans ses falaises.



Une belle reserve d'eau qui servait pour irriguer les plantations d'amandiers.



Un autre coup de sabre dans le calcaire: le Mascun, au départ de Rodellar, un incroyable décor.



Je pense avoir trouvé un rhinocéros fossile.



Et cette présence permanante de vautours dans le ciel aragonais.



Rodellar est avant tout un haut lieu de l'escalade.



Direction  la province de Huesca et les Mallos de Riglos avec une halte obligatoire au tres bel ensemble féodal de Loarre. Notez le vautour !



Joli ciel pour valoriser cette superbe forteresse du XI eme siecle.



L' incroyable site des Mallos de Riglos sous un ciel d'orage.



En montant entre les mallos . Nous sommes au pays des vautours. A fond la vallée de l' Ebre.



Les imposants mallos de conglomérats ecrasent la petite église de Riglos.



Des grimpeurs lovent leur corde au milieu d'un balai incessant de vautours



Petit coup de zoom ?



Et maintenant, quelques images de grands rapaces glanées aux fils de nos randos.



Décollage du nid pour ce vautour fauve.



Un pecnoptère d'Egypte et un grand corbeau me gratifient d'un pas de danse.



Plus haut, un milan royal est survolé par un gypaète barbu.



Un couple de milans royaux en chasse.



Bien entendu, de très nombreux vautours fauves.



Un bel oiseau que ce pecnoptère d'Egypte que nous croisons très souvent.



Decollage de maman Pecnoptère pendant que son petit attend pitance.



L'un des plus beaux: le Circaète Jean le blanc, chasseur de serpents.



Il n'y en a pas que pour les gros !!     Le leçon de chant !! avec moi, tous en coeur !



Un guêpier ! ils sont légions en Aragon !



Le ciel Aragonais est parmi les plus beaux du monde

Et pour finir en beauté, une image qui confirme le fait que personne ne me prend au sérieux !!! Désespérant



alain



Les Merens de Bernard

Nous avons eu avec Géraldine le plaisir et la chance d'accompagner Bernard et son troupeau de 50 merens, cheval ariègeois connu pour sa rusticité
et sa belle robe noire entre-autres, du vallon de Combeau où ils étaient en estive jusqu'à l'Etoilette petit sommet du Trièves à mi chemin sur la route du retour.

Petit rappel:

Cet été, au dessus du refuge de l'Essaure, nous avions déjà croisé cette jolie troupe.  s'assoir, contempler ........



Bucolique que l'on va dire !



Et pour aller à leur rencontre, nous avons su profiter d'une météo quasi idéale. froid et pertubé la veille, chaud et ensoleillé le jour J, elle est pas belle la vie ?



Et donc, à tout seigneur, tout honneur ! nous sommes bien entendu au beau pays du Mont Aiguille qu'une mer de nuages taquine encore.



Derrière nous, le joli sommet qui sera ce soir le gîte de nos merens. On aperçoit à gauche 13 petits points qui sont des poneys que Bernard a déjà transhumés.



Et voilà notre soleil du jour qui eut la bonne idée de sortir du sommet du Mont Barral ! Le soleil a vraiment bon goût !



Les stigmates d'une météo pré-hivernale des jours précédents sont encore présents mais ce ne sera que l'histoire d'une petite heure, l'astre du jour étant en forme.



Ce fut d'une rare beauté. le givre semblait s'être réfugié sur les arbres comme si un danger venait du sol.



Incroyable que ce télescopage des saisons.



en bas l'hiver, puis l'automne, pour finir dans une montagnette aux couleurs de l'été.



Les combes à l'ombre conservent encore pour quelques heures le givre et la neige de la nuit.  Ce vallon de Combeau est décidément féérique.



Le soleil monte doucement dans l'azur et nous apercevons enfin notre troupeau de Merens !! On va changer de rythme !!!



Les grands espaces. 



Ils sont partout, heureux de vivre dans un poster (nous, également).



Folles chevauchées.



sous l'oeil du Colosse !! un petit bout de Far West à deux pas de Grenoble.



A l'arrière de la troupe, Bernard et ses charmantes accompagnatrices.



Parfois au pas, parfois au trot, parfois au galop !!  le photographe, lui, toujours au galop !



Sous la Montagnette



Nous quittons les pentes ensoleillées du vallon de Combeau



Que ce soleil d'automne est agréable !



On se pousse mon garçon, je dois passer avec mes potes !!



lumière d'automne.



Sous la Tête de Praorzel, persistent des vallons à l'ombre, témoins de la froideur passée.



du four au réfrigérateur, il n'y a qu'un pas.



Heureusement, le relief impose aux cavaliers un peu de marche, ce qui permet à nos photographes fantassins de souffler un peu.



beaux instants de sérénité .



N'est ce pas mesdemoiselles ?



On en redemande !



du vent mais du bonheur.



Passage de steppes mongoles !! que ce Vercors fait voyager !!!



et on lache les freins.



Nous arrivons en vue de l'Etoilette dans un paysage de cinéma.



un dernier effort (pas pour eux, mais pour nous) et nous serons au terme de cette rando pas comme les autres.



Celà restera un grand souvenir.



Merci à vous pour votre passion et pour ce partage.



et à Géraldine pour m'avoir accompagné dans ce cross photographique entre hiver et automne.



Au plaisir Bernard.












Aravis



 Quatre petits jours entre Beaufortain et Aravis juste avant les grosses chutes de neige de ces derniers jours.

 Place aux images.

 

et à tout seigneur, tout honneur. Il va falloir me croire, c'est le Mont-Blanc derrière le col du Joly et ce gros nuage qui nous en cache le sommet.



Le penché de tête est très tendance chez le matou des Aravis !!



Le Charvin, côté pile ( Crest Voland )



Le Charvin mais côté face et l'Aiguille  (Col de la Croix Fry).



Un beau nuage en aile d'avion au dessus de la Pierra Menta, lointaine cousine du Mont Aiguille.



Lumière noire au dessus du col des Aravis.



Fabuleuse ambiance au col de la Croix Fry en regardant le massif de la Tournette. 



J'ai trouvé un point de vue sympa, je vais donc y attendre la nuit.



Ca vallait le coup de patienter au froid !  le stratus est monté, éclairé par les lumières citadines, et le ciel s'est partiellement dégagé, le pied !!



Le retour sur la Clusaz fut sympa également !



Du plateau de Beauregard , les crêtes au dessus de la Clusaz sortent des nuages.



Tiens !!  des copains !!



sortie vespérale au dessus du col des Aravis



Le Mont-Blanc daigne enfin nous montrer son blanc manteau ! celà ne durera pas.



en zoomant sur le Beaufortain, une gracile silhouette profite encore d'un dernier rayon de soleil: le Pierra Menta.



en contrebas, le stratus taquine le village de la Giettaz.



Dernières couleurs sur le Beaufortain



Un rayon rebelle a reussi une dernière percée.



Retour juste avant la nuit sur le col.



la trace d'un chamois.



que j'ai fini par retrouver.



c'était du coté du col de la Colombière.



au dessus du Grand Bornand, toutes les combes ont été skiées.



le lendemain, les nuages, le petit moins 10°C et le soleil me réserveront de très belles surprises irisées.



Un halo solaire au dessous du col des Aravis.



un peu de couleur dans ce monde blanc.



le léger saupoudrage de la nuit a sublimé le paysage.



Et le ciel se dégage, libérant une jolie carte-postale.



et pour finir cet incroyable halo solaire .



sur cette image on découvre les halos de 22° et de 46°, l'arc tangeant supérieur, l'arc de Parry et on devine l'arc circumzénithal ainsi qu'un parhélie.
Le phénomène est pratiquement parfait ! Il est dù à cet effet aérosol de petits cristaux de glace en suspension diffractant la lumière du soleil appelé également
poussière de diamants.

  Je terminerai sur une photo improblable !  J'ai eu la grande surprise de voir passer un vélo sur la glace sous mon halo. Un ours polaire m'eut moins étonné !

 

 au plaisir

alain







3 jours en Haute Ubaye


3 jours de février 2014 au fin fond d'une belle vallée de la Haute Ubaye, la vallée de Maurin, où la neige et le ciel bleu
se sont livrés un joli bras de fer pour notre plus grand plaisir.

Notre point de chute: Maljasset et son gîte "la Cure" que je ne peux que vous conseiller. L'accueil de Hubert et de Klyte est des plus sympas.
et Hubert aux fourneaux est tout simplement un artiste !!!



Trêve de mots et en  avant les images !!

 Nous tournerons souvent autour de cette belle église romane du 13eme  reconstruite au 16eme siècle:
la belle église de Saint-Antoine qui m'offrira des ambiances très différentes ces 3 jours.



Premier jour:  son clocher semblant sortir d'une énorme congère.



Je pense que ce lieu est encore plus saisissant sous la tempête.



Un petit rayon de soleil pour vous situer l'église dans son contexte montagnard.



Même cadre, mais avec une lumière crépusculaire fort sympathique.



Projecteurs du soir sur le Panestrel.



Ce même Pic de Panestrel au petit matin.



Après la tempête.



Rosé d'un soir.



Notre bien sympathique camp de base !!



Les toits de Maljasset



Un bien joli cadran solaire au chômage technique.



Ne serions nous point sur des toits ?



de retour de balade



Le plaisir de trouver un poêle ronronnant.



L'église et la Poste, les deux fondamentaux de nos petits hameaux de montagne



La nuit est tombée sur Maljasset.



Filé de nuages sur la Tête de Miéjour flanquée de la constellation d'Orion.



En cherchant bien, vous trouverez la Grande Ourse.



L'église Saint-Antoine sur fond de ciel étoilé. Merci la lune !!



Un peu plus tard, un voile de cirrus s'installe.



En réduisant le temps de pause, on se retrouve plus proche de la réalité.



L'inévitable, l'incontournable filé d'étoiles.



Pause longue sur le Pic de Panestrel éclaboussé de lune.



Maljasset au petit matin. le soleil se fraye un chemin entre des nuages qui se veulent de plus en plus menaçants



Une pépite au fond du lac, à moins que ce ne soit qu'un reflet !



En resdescendant sur Saint-Paul-sur-Ubaye.



L'incroyable petit pont du Châtelet et le Parpaillon au loin.



Bien obligé de gratter la neige pour trouver de quoi se nourrir.



Neige, mélèzes et le vent.



La trace



Une autre trace,  plus animale.



Courbes



 Que ces vallons aux courbes féminines sont esthétiques !



Le superbe vallon de Courrouit en montant au col de Larche sous une lumière métallique.



Drôle de lumière sur le Péouvéou en fond de vallée.



Tout ce soleil. Je ne veux pas voir ça !!!



Retour par le col de Vars qu'il sera grand temps de franchir avant la dégradation annoncée.



Le passage du Lautaret fut tout simplement dantesque. Nous serons les dernières voitures à pouvoir le franchir.



Bien vu le nom !!  Ca lui va comme une mouffle.



Et pour finir sur ce superbe séjour, quelques panoramiques.



Lumières du soir.



Cinémascope !



En zoomant sur ces superbes combes.



Des conditions rares dans un petit coin de paradis.



Pour la petite histoire. La route que nous emprunterons le samedi pour rentrer sur Grenoble sera coupée le dimanche par une avalanche isolant le hameau de
Maljasset et ses familles pour quelques jours. La ligne électique sera également emportée.

Bye l' Ubaye, nous reviendrons aux beaux jours, entendre siffler tes marmottes.







Clarée la Belle

En ce beau mois de juillet, je vous emmène planter la tente dans la haute vallée de la clarée. Une des dernière vallées alpines encore peu impactées par un tourisme de masse et non défigurées par la présence de remontées mécaniques et d'hébergements de foules.

Il y existe malgré tout un accueil calibré, et un équilibre louable a été trouvé. Une des caractéristiques de ce massif est la présence de nombreux lacs, qui agrémentent la plupart des balades.

Une autre raison qui me fait aimer cet espace de liberté est le fait que n'ayant pas de statut de Parc, il y a possibilité de planter où bon nous semble. Bien entendu, ça nous oblige d'autant plus à respecter les règles élémentaires de vie dans dans ce milieu sensible.

Alors, maintenant que les présentations ont été faites, je vous propose  quelques panoramiques de ce massif trés attachant.

 

 

 Quel plaisir de partager ces moments avec dame Marmotte. J'ai du mal à comprendre comment certains peuvent trouver plaisir à chasser ces peluches comme ce sera le cas deux jours de septembre en Belledonne !!!!!

 

 

Première nuit au lac Serpent. Au fond les géants des Ecrins

 

 

03h00, c'est l'heure de se lever faire un peu d'images !!

 

 

Une pluie d'étoiles dans le ciel des Hautes Alpes.

 

 

Le lac Serpent et notre petit campement

 

 

Lever de soleil sur le Pelvoux, les Agneaux et La Barre des Ecrins.

 

 

Un des superbes lacs des Gardioles.

 

 

L'occasion de planter un p'tit bonhomme (ou une p'tite bonne femme) sur cette jolie bosse. Avouez, c'était tentant !!!!

 

 

version grand angle

 

 

le coucou du lac supérieur des Gardioles.

 

 

Traversée sous un gros nuage de cinéma !!

 

 

Au dessous du lac Rond, les très belles Roches de Crépin.

 

 

Les nuages encerclent doucement la Roche de Crépin. La pluie est pour bientôt.

 

 

La roche noire et son énorme ébouli voient pour quelques courts instants encore la couleur du soleil.

 

 

 

la suite sera en noir humide et blanc mouillé !

 

 

Le parapluie ne fut pas ce coup-ci un seul accessoire de décoration.

 

 

même si j'en conviens, la pose perd parfois en naturel !!

 

 

Notre campement au dessus du Lac Rond. 3 heures d'orage ....... Ambiance garantie

 

 

Tiens, revoilà notre parapluie

 

 

Panorama du lac Rond.

 

 

en redescendant, le Lac Laramont

 

 

et en remontant, le lac Long !

 

 

Serons nous arrivés au refuge des Drayères avant la pluie ?  rien de moins certain !

 

 

Troupeau en attente de remonter sur l Alpe.

 

 

Le petit délire au milieu des rodhodendrons, version masculine

 

 

à moins que vous ne préfériez une version plus féminine !

 

 

petit retour en arrière pour compléter cette série et quelques  images du lac Chavillon au col des Thures. Le Mont Thabor est le premier à se chauffer au soleil.

 

 

La pluie et l'orage seront de nouveau au rendez-vous

 

 

Si vous cherchez bien, il y a un parapluie  !

 

 

Les Lacs Bellety sous la rocailleuse vigilance de Gaspard, Melchior et Balthazar.

 

 

Notez qu'en écartant énergiquement les bras, on arrive à imposer le bleu du ciel aux nuages !! 

 

 

Et pour finir, l'incontournable lac des Cerces dans le bleu légendaire des hautes Alpes

 

 

Bien, si j'étais un mouton, c'est là que je passerais mes vacances !

 

 

Une petite derniere pour clore cette approche de ce superbe massif:  le Lac des Cerces au pied du Pic de la Ceinture et la Pointe de la Fourche !

 

Que ce massif est beau !!




Piège de cristal

Le végétal avait rendez-vous avec le minéral.

Ce drôle d'hiver à humeur changeante et ponctué de nombreuses chutes de neiges jusqu'en plaines sera certainement très éprouvant pour les animaux de nos montagnes.

Début Février, une petite période de douceur et la végétation redémarre !  mauvaise pioche, le froid sibérien a surpris son petit monde saisissant sur place ces débuts de renaissance.

Mais n'en doutons pas, ce n'est que partie remise, le vert reprendra vite le dessus.  Alors quelques inclusions étonnantes de ces téméraires végétaux qui de glace furent saisis.

 

Alors quelques instantanés de ces vies figées dans un écrin de cristal. C'était coté Vercors.

Poignards de glace.

Les Griffes du Yéti

La main du Yéti

L............du Yéti.

Perles de culture

Un peu plus loin coulait un petit ruisseau dont la moindre goutte transformait en cristal tout ce qu'elle touchait

Ce bourgeon n'a rien vu venir. il regarde, les bras en croix, bouche bée, impuissant,  l'hiver se réinstaller.

un petit coté Super Mario, ne trouvez vous pas ?

Carapace de glace.

un pied, une plante !!  certainement une plante des pieds !

Lierres de couleurs.

Bourgeons.

Alors, minéral ou végétal ?

le moindre brin d'herbe est prétexte à sculpture

Visiblement un bourgeon qui se drogue !

Il cherche désespérément à percer le carcan de glace.

Une primevère prise au piège.

et que penser de cette fine fronde qui a gardé tout son volume dans cette boule glacée. Elle semble encore chercher et croire à la lumière.

L'amateur de Quartz y verra peut-être une macle de La Gardette !!  j'y ai cru.

La feuille, le bourgeon et la goutte.

j'y ai même croisé Quasimodo.

couché dans la glace, j'observais ce monde incroyable.

Le lierre pleure des larmes de glace.

De fines mousses m'ont offert du jaune.

le minuscule devient monstrueusement beau. Cristal de quartz avec fantome de Chlorite ?

ce tapis de mousse est en sursis et attend, immobile, son tour. un petit escargot de glace à deux bosses

petits bulbes ne deviendront pas grands !

un euphorbe ou un poulpe ?

Petit lierre, tu vis trop près du ruisseau.

je ne me lasse pas de ces multiples inclusions aux formes les plus folles.

encore et encore

en famille

Avez vous repéré la marmotte ?

Un monde irréel

Boule et bill.

Pourquoi es tu triste petite boule glacée ?? tu as froid ?

un petit trèfle à deux feuilles.

 Lierre brisé.

et pour finir cette belle primevère que le temps a figé. Mais rassurez vous, elle ne sera que plus belle quand le printemps sera venu.




La Belle et la Bête (2eme partie)

 

 

La Belle et la Bête ( 2eme partie)

Bonjour

Je vous ai proposé il y a quelques temps cette fameuse combinaison de couleurs du végétal et de l’animal en attaquant avec les très appréciés papillons.
Je tourne une nouvelle page en images, une fleur, un insecte, cette fois ci avec une charmante petite bête rarement très adulée: dame araignée.

Alors, voici, ces arthropodes si impopulaires dans les chaumières, et craints à juste titre par mouches et autres papillons !

Toutes ne tissent pas de toiles et en particulier les fameuses araignées crabes qui des heures durant, immobiles attendent que le sandwich passe à leur portée.


4 paires de pattes dont les deux antérieures, velues et porteuses d'un poison foudroyant, prètes à surprendre l'ennemi.

Beaucoup plus dure à reperer lorsqu'elle prend la couleur de son écrin, ici un pissenlit. La mouche myope a du soucis à se faire !!

Une véritable araignée caméléon. A peine repérable sur ce trèfle.

Ici, sur un Sceau de Salomon. Cette étonnante faculté de prendre la couleur du support est appelé homochromie.

Sur cette même fleur, une autre araignée crabe qui visiblement a déménagé. Certainement a t'elle vécu sur un pissenlit ou un bouton d'or !

Incroyable mimétisme qui fait que la généreuse fleur gorgée de pollen se transforme en un piège mortel.

Ce bouton d'or a des pattes suspectes !  attention, les papillons !

Invisible sur le coeur de cette marguerite, elle devient plus présente lorsqu'elle s'aventure sur le blanc des pétales.

Jaune et verte, cachée sur la tige, cette mouche n'a vu que du feu. Elle a eu tort !

Une blanche, avec ses bandes "Gordini" sur une scabieuse.

Attitude classique ! Ses yeux me fixent !!  je suis en danger ! Bzzz, bzzz !!

La même avec un peu de recul.

Tiens, sur notre scabieuse, le ravitaillement a eu lieu.

Sur un lilas, encore toute humide de la rosée matinale et déjà à l'oeuvre.

sur la tranche d'un bel oeillet.

Lovée au coeur d'un trèfle sucré.

Gros plan sur les quatre paires d' yeux du thomise.

Du haut d'une Céphalanthère rouge, elle observe.

.

Attention, terrain miné !

dans la jungle tropicale d'un salsifi sauvage.

Rencontre avec une collègue plus velue.

Une autre, couleur chocolat.

Le Thomise globuleux ou Araignée Napoléon (on reconnait sur son abdomen le bicorne de l'empereur)

Version Bicolore

Celle-ci lui ressemble mais habite dans une toile.

Au fond de ce sabot de Vénus, le comité d'accueil est en place.

Ben quoi, je finis mon sandwich !

Equilibre sur un sabot de Venus.

enfin, pour finir, quelques araignées plus "classiques" car piégeant à la toile. Une des plus belle: l' épeire Diadème.

Un couple tisse sa toile sur une graminée.

Une épeire a élu domicile dans un confortable oeillet.

Difficile de parler de belles araignées sans causer de l' épeire fasciée ou Argiope.

Ici,elle coconne un papillon. on voit sous son abdomen la soie qu'elle fabrique en permanance.

Voilà un petit tour dans ce petit monde si particulier des araignées. qui j'espère vous aura surpris.

Et si vous désirez en savoir plus sur ces fascinantes araignées crabes, je vous invite à parcourir le riche et succulent article de Jean Henri Fabre

http://www.e-fabre.com/e-texts/souvenirs_entomologiques/araignee_crabe.htm 

  




Virée Catalane

Bonjour

 

   Quelques images d'une semaine qui se voulait printanière en terre catalane. L'hiver avait encore quelques belles fusées à tirer et à défaut de faire le bonheur des amateurs de terasses de cafés ou autres balades en bord de mer, celui des photographes fut à son comble.

  Alors, du Canigou au Cap de Creus, je vous propose quelques jolis cieux colériques de ce paradis pour amateur de beaux nuages. Les vents locaux souvent violents (tramontane, vent marin, ..) les reliefs tous proches et la plaine perpignanaises sont les ingrédients rêvés pour la bonne tambouille nébuleuse.

 

Alors sans plus attendre, les images !

 

Je plante le décor. Nous sommes au pays des vignes en terrasses du fameux Banyuls.

Ce jour là, 140 km/h au Cap Béar et 176 km/h au Cap de Creus furent enregistés, ce qui ne freine en rien les plus enragés!

Pas bouillante la grande bleue !  et le maillot de bain camoufflage est très tendance à Collioure. et ce maquillage !!!!

La neige est descendue à 600 m. Le canigou n'en croit pas ses yeux.

Puisque nous sommes au lac de Saint-Nazaire sur la commune de Canet et ses cabanes de pêcheurs sous les neiges du Canigou, quelques volatiles rencontrés.

Le plus bruyant, le Goéland. de son prénom Jonathan

La belle Aigrette Garzette.

Un preu Chevalier (Gambète ?)

Incontournable, le vol de canards au dessus des toîts de chaumes.

Un peu à plus à l'intérieur, un joli faisan.

 Tout un symbole: le Flamant rose. Légèrement décoloré ce dernier, certainement lavé trop chaud !

Superbe oiseau en vol.

Et cette petite colonie d'aigrettes.

Mais revenons à nos moutons: le ciel Catalan, ici particulièrement renfrogné dans le port de Collioure.

En zoomant sur le Fort Saint-Elme, on devine mieux cette structure torturée menaçant de déverser des tonnes d'eau.

De belles formations au dessus de ce fortain.

Ces mêmes mamatus face au port de Collioure.

Apres un bel orage, de nouveau ces si caractéristiques nuages mamalliformes !

Ce même type de formations sur Collioure.

Pour changer, de beaux lenticulaires sur les terasses de Cadaquès .

Le petit port de la citadelle de nuit rien que pour moi !!!

La petite pépite de la côte Vermeille en noir et or.

Une petite heure plus tard, le jour frémit et libère délicatement le bleu.

 Le célébre clocher fortifié.

La fameuse heure bleue.

Le Fort Saint-Elme flanqué son joli moulin moyenâgeux.

je reviens un peu sur les cieux chagrinés, rencontrés un peu plus haut dans un format vertical.

Mamatus encore sous un gros coup de vent 

Un ciel d'une rare beauté.

Attention, petit arbre au dessus de toi, il se passe de drôles de choses !!

enfin, je reviens sur ces ambiances dans un format panoramique.

Premier jour, ciel de tempête, mer en furie.

Le Canigou et les cabanes de pêcheurs de l'étang de Saint-Nazaire aux premiers rayons.

L 'extrémité orientale des Pyrénées (Albères) survolée par de gros nuages menaçants.

Grand angle sur ce ciel magique

Fortifications et Mamatus.

Lumière métallique sur la forteresse.

Retour sur ces nuages guturaux.

Arrivée du rouleau compresseur: Un arcus puissant de plusieurs dizaines de Km annonçant de l'ambiance dans peu de temps !

Le monstre se rapproche !  Impressionnant !

Les premières gouttes, un front de rafales puissant.

Tous aux abris. Il est sur nous. Deux heures de déluge suivront.

Retour sur le port de Collioure de nuit.

Même plan une heure plus tard. Le ciel est encore très chargé et la pluie devrait être de la fête sous peu.

La jolie carte postale ! Classique mais si plaisant à réaliser.

Quel bel instant.

Coté Espagnol, le monastère Bénédictin de Sant Pere de Rodes au dessus de Puerto de la Selva

Depuis la Tour Madeloc, vue plongeante sur Collioure, le Fort Saint Elme et ses superbes vignobles en terrasses entre deux averses.

Pointes et arrondis !  Lignes douces et agressives, le blanc et le bleu. Le ciel de Dali.  

Une région superbe, particulièrement à cette période où hésitent encore les saisons et les ......touristes !!!.




Plateau de Bure

Bonjour

 

   Nous avons eu, avec la douce équipe de Diverticimes, le privilège et le plaisir de monter  une seconde fois  à l'IRAM (Institut de Radioastronomie Millimétrique) sur la fameux plateau de Bure dans le massif du Dévoluy. Le but (ou le fol espoir) était de taquiner les étoiles !

  Les nuages et le vent que nous aimons tant en avaient décidé autrement, une fois de plus, . Alors, tant pis pour la Grande Ourse, ou autre polaire,  et régalons nous de ce grand spectacle qui nous est donné à 2550 m où le vent semble se plaire.

  On enfonce le bonnet jusqu'aux oreilles, on vérouille toutes les écoutilles, et on y va!!!

 

Géraldine profite une dernière fois d'une once de visiblité.

  Nous arrivons, les grandes oreilles sont bien là !  mais doucement elles se laisseront envouter par les nuages

Le ciel n'existe plus. Le blanc est roi.

Le vent transporte la neige et de petits gravillons, donnant l'impression d'un fond marin (ripple marks). Ca picote les joues !

Tout n'est plus que givre. 24 heures en noir et blanc.

Le lendemain midi, la bise s'est renforcée (vent moyen 80 km/h avec rafales à 130 km/h) mais on croit deviner le soleil à travers les nuées.

Enfin, nous apercevons les antennes en mode "dos au vent".  Une configuration serrée qui n'attendait plus que nous.

 Diverticimes va s'éclater !!!   Une neige vierge dans un décor "hors normes". Le vent nous ennivre..

 Le soleil nous nargue et affole nos capteurs. Laurent a trouvé la position la plus stable dans la tempête.

24 heures de frustration vites oubliées. Seb et Géraldine s'en donnent allègrement à coeur joie.

Les nuages passaient comme des avions, générant une ambiance de folie.

Autour des antennes, le vent canalisé était d'autant plus violent. Attention aux chutes de glaçons.

Si je ne devais utiliser qu'un seul qualificatif, ce serait : imperturbables !  Mais que le bleu peut faire du bien !!!

Une Lapalissade: On est mieux dos que face au vent !!! C'est tout bête mais tellement vrai !

Toujours étonné par cette faculté qu'a le givre à s'accrocher sur le moindre relief malgré des rafales aussi violentes.

Un petit coucou au personnel de l' Iram pour leur accueil.

Toute bonne chose a une fin, nous devons redescendre dans notre monde.

Une main courante qui sera la bienvenue, n'est ce pas Seb ?

Passage de la Fenêtre toujours accompagnés par de bonnes rafales.

Sur la Route du retour, la tête pleines d'images, le Dévoluy nous offre ses belles lumières d'Avril

La fière silhouette de Mère Eglise sous le Piéroux - 1827 m -  (merci Philippe !).

Une ambiance quasi automnale

L'extrémité nord du Dévoluy: le Chatel ou Bonnet de Calvin.

Quelques formats verticaux

Nous sommes au repaire du vent et des nuages.

nous flottons comme au fond d'un grand aquarium .

Géantes, Silencieuses, elles écoutent le ciel. Ca ressemble à la tanière de Spiderman !

Laurent aura eu la lumineuse idée de prendre ses skis !  Tiens un Mont Aiguille miniature !

Enfin, finissons avec quelques panoramiques.

Nous retournerons sur la plantète IRAM ...

 

Si vous désirez en savoir plus sur cet iinstitut de recherche:   www.iram-institute.org

 

et n'oubliez pas en complément, les photos de

Géraldine et Laurent: www.arpenteurdelumiere.com/

Seb: www.grelibre.net

et les vidéos à venir sur www.diverticimes.com




La Belle et la Bête

 

Bonjour

L’hiver et ses ambiances en noir et blanc, n’ont peut-être pas rendu totalement les armes mais il est grand temps de penser couleurs, le printemps se fait pressant.

Le mariage d'une fleur et d'un papillon, ça vous tente ?

On ne va pas aller trop haut, cette fois, mais profiter de la moyenne montagne et de son exubérance à la belle saison. Pas la peine non plus de partir de nuit à la frontale, mais juste assez tôt pour les cueillir au réveil dans les dernières gouttes de rosée. Parfois, ils s’enivrent sur une fleur rendant l’approche plus aisée, parfois, ils ne consacrent que quelques petites secondes par pistil, rendant la capture plus sportive. 

Tout comme chez les hommes,j'ai rencontré l’excité, le musclé, le craintif, le débonnaire, le shooté, le discret, le gonflé, le psychédélique, le traîne savates, le …..

Il nous faudra approcher doucement, parfois ramper pour aller chercher ces petites perles naturelles, ces fleurs que le vent emporte.

c'est parti ..........

 

Des vagues de graminées, de sauges, de Sainfoins, et de lamiers et le passage d'une piéride ne sachant où donner de la tête.

Eh bien, la piéride sera donc la première !!  Ce tout jeune papillon a choisi un bouton d'or pour se réchauffer les ailes.

Celle-ci tout aussi fragile s'est posée sur un orchis mâle au petit matin.

A moins que vous ne me préfériez de face !!!

Cette autre semble hypnotisée par une sauge à l'oeil sévère.

Enfin, une petite dernière aux ailes encore humides dormant sur une vesce.

Un autre joli papillon blanc caractérisé par ses ailes blanches aux nervures subtiles: le Gazé. Celui-ci a choisi une fleur de Géranium des champs.

Ce dernier sort de sa douche, une scabieuse pour séchoir.

Une marguerite pour un bref repos.

La lavande est  le caviar du papillon  !!! et pas que celui du gazé !

Le même vu d'en haut !

Le soleil est passé derrière les crêtes. N'y a t'il rien de plus luxueux qu'un Lys Martingon comme chambre à coucher ???

Celui-ci est de la famille de la Fée Clochette, me semble t'il !

Comme son nom, l'indique: une aurore photographiée au petit matin sur un Sainfoin

Le Demi-Deuil affectionne particulièrement la Centaurée scabieuse.

En montant au Lauvitel, un Lys orangé et un Moyen Nacré. Il y a pire pour faire la sieste !

Cachée derrière une Ombellifère, une Belle Dame aux ailes chahutées par les oiseaux !

Une autre Belle-Dame plus "fraiche" me défie du haut d'une Valériane.

Parmi les premiers papillons de l'année, la Petite Tortue se montre à 1200 m des Février des lors que le soleil est de la fête. Une Vipérine pour écrin.

Un flambant Vulcain, parmi les plus beaux de nos papillons, sur un chardon bleu. 

Robert le Diable (quel nom bizarre !) sur un arbre à papillons (original ) !

Le même de profil. On ne peut le confondre. Sa silhouette dentelée est unique. un chardon pour oreiller.

Le beau Paon du jour, superbe papillon au vol puissant que l'on observe de mars à novembre.

La lavande et le Sylvandre, papillon caractériel qui n'ouvre jamais ses ailes autrement que pour voler.

Plus petit, plus commun dans nos prairies, le Procris.

Son cousin, le Fadet

Tiens, revoilà le Procris sur un Pissenlit.

Deux petits azurés s'aimaient d'amour tendre sur un lotier pied de poule.

Un pissenlit comme couche nuptiale pour ces deux Azurés.

Coup de foudre sur une Joubarbe. Sablés, Argus, Azurés, pas simple de leur donner un petit nom.

Gros plan sur la bête !

Un Argus vert sur un Lotier. à moins qu'il ne s'agisse d'un Thécla.  Coucou, le criquet !!!

Sur un trèfle, un jaune Souci, qui justement ne semble pas s'en faire.

Le distingué Citron Farineux, aux ailes telles des feuilles, ne reste pas insensible à l'appel du trèfle.

Difficile de ne pas parler d'un parmi des plus élégants, le Flambé par la Vesce attiré.

et son illustre cousin, le Machaon sirotant goulûment un Buddleia.

Mon préféré, le Sylvain, ici le petit, je pense.

La Sylvaine et la Campanule

Un classique de nos prairies: la Zygène sur un Sainfoin. Sa couleur dissuade les oiseaux ! pas folle la guêpe !!

Beaucoup moins courante, sa cousine, la Zygène bleue.

Et pour teminer ce petit tour, le talentueux Morosphinx ou papillon Colibri en vol stationnaire sur une valériane qui est celui qui conjugue le mieux le verbe papillonner .

 

Un bref aperçu des papillons de nos jardins et montagnes que je completerai à temps perdu.

Quelques doutes sur certains noms ! n'hésitez pas à me corriger s'il y a lieu.

 

Bon printemps !

 

 


 




Escapade Suisse

 

 

 

La Suisse est un pays essentiellement montagneux. Des crêtes qui n’en finissent pas de défier le ciel, de mythiques et terrifiants sommets sur lesquels certaines des plus belles pages de l’alpinisme ont été écrites. Une petite visite de bon voisinage s’impose, d’autant plus que certains ahuris ont osé prétendre qu’une montagne, parmi les plus pointues, revendiquait le qualificatif de ‘plus belle montagne du monde ‘ alors que tout la planète le sait, c’est une Lapalissade : Elle trône dans le Sud Trièves !!! Enfin, allons vérifier tout ça et lever toute ambiguïté !!

Deux destinations distinctes, une première dans l’Oberland et son joli lac Bachalpsee, en balcon du massif de l’Eiger et de La Jungfrau au dessus de la station de Grindelwald et la seconde plus au sud, aux portes de l’Italie, du coté de la Belle Zermatt. Nous monterons au lac Steelisee face au géant local: Matterhorn ou Cervin.

Pour info, ces deux destinations sont extrêmement courues car très accessibles du fait d’un réseau de remontées mécaniques défiant l’entendement (le prix également !). Il faudra attendre la fin de journée pour que les lieux retrouvent un peu de sérénité. Nous attendrons donc !

Trèves de blabla, trèves de blablaaaa !!!   voici les images

et tout d'abord, un lever de lune sur le Monch, 4107m

le lendemain, du même endroit, une heure plus tard la lune se faufile entre le Monch et l'Eiger (l'Ogre qui a en a mangé plus d'un !!!)

Encore une croyance qui se dégonfle: Je n'ai pas croisé une seule vache violette !

Eiger et Jungfrau sous un ciel brossé par un vent du sud

le Finsteraahorn, du haut de ses 4274m prend enfin le soleil

J'ai même croisé les Diverticimes au pays du Shreckhorn !!

3 images verticales et Samivalesques du lac de Bachalpsee et du Shreckhorn

Le petit plus du matin: quelques formations cotoneuses caressent les pentes

Ambiance feutrée et silencieuse, moments rares et précieux.

et 5 panoramiques de ce fabuleux balcon

Lever du jour sur le lac de Bachalpsee. les 4000 rougeoient de plaisir.

Le soleil monte ainsi qu'une douce draperie de brume. le lac attend, patiemment que son tour arrive.

le vent tombe doucement, le miroir prend place. ce ne sont plus des 4000, mais des 8000 !!   Himalayesque, n'est il pas  !

la fatigue de la veille, la nuit fraîche,  pluvieuse et peu réparatrice, les vaches insomniaques ne sont  plus qu'un lointain et vague souvenir devant ce tableau paradisiaque.

Vus d'en haut les lacs sont encore plus beaux. Un ciel pomponneux pour écrin.

Entre deux averses, nous partons plus au nord dans la vallée de Zermatt voir enfin à quoi ressemble cette légende.

Rencontre sympa avec deux jeunes et grands nigauds qui se disputent les faveurs de la belle !!

Nous voilà rendus au pied de la mythique pyramide (j'ai réussi à caser deux "y" en deux mots !)

4 images verticales de cette incroyable canine.

 Un ciel étoilé et une lune vaillante éclairant comme en plein jour.

Le refuge au pied du Cervin et déjà, des frontales à l'attaque du monstre.

La pause longue et la lune: je confirme: il fait nuit !

Lumière douce d'un matin sans nuage mais toujours sous la bienveillance de la lune.

La pointe s'enflamme, un photographe de Hong-Kong sera le modèle Diverticimes du jour.

Pas  de nuages malheureusement mais un peu de couleurs.

Le fiston s'éclate !le  Stellisee et le Cervin: On aime !!!!

Le spot classique, mais O combien superbe du Matterhorn se mirant dans les eaux lisses du Stellisee flanqué de ses deux rochers.

à l'aube, pour quelques minutes, le rose fut le maître.

Ils n'ont pas l'air heureux ces deux là au pays du Cervin ??

et pour finir, l'inévitable série panoramique

Nous arrivons sur site, Un petit Monsieur X nous salut ( à moins que ce ne soit Gaby !)

 Vent du nord et oriflamme de nuages sur le Cervin. les derniers randonneurs se retirent

L'incroyable moraine latérale du glacier de Findelgletscher

au dessus du lac, le refuge de Fluhalp

Même plan, un peu plus tard. La lumière baisse, les couleurs montent !

Ce seront les seuls nuages et couleurs accompagnant le couché du Cervin.

La nuit s'installe doucement au pays du Matterhoen, le vent est tombé, libérant son jumeau.

Prise de nuit. Un grand ciel étoilé et une lune latérale au dessus du Cervin. la constellation de l'Aigle (merci Denis) sur l'épaule gauche du Colosse.

Reflet du matin: Pas chagrin !!!

Le lac et ses deux fidèles blocs au soleil ont du faire le bonheur de millers de photographes de tous pays.

le soleil est déjà haut, il nous faut redescendre. Un dernier salut au géant.

sur le retour, petit arrêt au non moins superbe lac du Grinjisee.

Ainsi se termine cette balade helvète.   Plein de jolis souvenirs et de bons moments passés au pied de cette vraie définition de la montagne: le Cervin   MAIS:  la plus Belle montagne du monde se trouve .........




le Mont-Blanc en panoramiques

Promenade aux Cheserys


Un mois de juillet un peu frais, voire humide mais quelques créneaux cependant pour aller planter la tente en montagne. Deux jours ensoleillés consécutifs sont annoncés : une aubaine, saisissons là ! en route pour la réserve des Aiguilles Rouges, belvédère inégalé du massif du Mont-Blanc et son célèbre spot des lacs de Cheserys qui n’a rien à envier à son superbe et proche, certainement encore plus carte-postalesque, le Lac Blanc.
Pour y monter, plusieurs solutions : la plus aisée est celle de téléphérique de la Fléjère , la plus sympa étant celle de partir des cols des Montets, de passer au pied de la belle et imposante Aiguille d’Argentière et d’accéder à ce moutonnement granitique d’origine glaciaire, où se sont lovés les lacs de Cheserys.
Une grande classique, une vue cinémascope, le téléphérique, Chamonix à ses pieds ne vous garantiront évidemment pas l’exclusivité de la balade, mais le soir venu, la dernière cabine envolée, cela devient un coin absolument magique, d’ailleurs, nous ne sommes pas les premiers à l’avoir compris, de nombreux bouquetins s’y sont installés.

Alors, 24 heures en panoramiques de ce joli belvédère, de ce fameux poster du massif du Mont-Blanc se reflétant dans les eaux limpides du lac supérieur, et à travers ces images, l’importance de l’heure de prise de vue, de la position du soleil, de la décoration nuageuse.
 

 allez, c'est parti pour 24 heures sur un des plus balcons des Alpes

la montée par les Montets !!!  et cette belle perspective sur le glacier d'Argentière et la fine Aiguillette du même nom. l'Aiguille du Chardonnet en mirador.

une vue à 180° qui va du glacier du Tour au Dôme du Gouter et 3 jeunes bouquetins pour nous accueillir. Nous passerons la nuit ici. il y pire, non ?

les nuages se congestionnent quelque peu, emprisonnant les sommets, ce qui laisse de marbre notre ami bouquetin.

faisons le tour du propriétaire. un peu plus haut, un collègue photographe se prépare au couchant. Il n'a pas vu le beau cornu derrière lui.

ne suis je pas le modèle idéal ?  moments intenses.

deux étagnes devant ce belvédère incroyable. La lumière baisse,  il est grand temps que j'aille me positionner !!!

Le miroir est brisé, un petit clapot témoigne d'un vent désagréable qui devrait se calmer, espérons le, avec la fin de journée.  Cirrus et cumulus au menu ce soir.

 

le vent faiblit doucement, encore une belle écharpe à mi-pente pour pas que le Mont-Blanc ne s'enrhume. si vous cherchez bien, vous trouverez un bouquetin !

30 minutes plus tard, pratiquement plus de nuages, juste la silhouette de madame X sur fond de Verte et des Drus.

la classique de chez classique ! et toujours ce petit vent ! la montagne rougeoie et le lac flamboie !

la nuit gagne doucement. Avec le soleil s'en est allé le vent, une pause longue sur ce désormais miroir parfait

ce coup-ci, il fait bien sombre, et le ciel s'étoile doucement garantissant l'instant magique.

oh que la nuit fut courte et fraîche, mais encore ne fallait-il pas rater cet instant où l'aube rend incroyable la couleur. et toujours pas de vent !!

Le soleil arrive enfin, un plan large sur ce ciel qui s'encombre de cirrus, avant garde de la dégradation annoncée.

les rives du lac touchent à leur tour le soleil. le filtre polarisant donne de la puissance au ciel.

le vent forcit en altitude et de belles formations brossées se mettent en place.  

dernière images de la série "pano du lac" avec des lenticulaires qui prennent possession du bleu.

je reviens brièvement sur cette aurore au ciel rosé. le coup de sabre de la mer de glace nous dirige droit sur l'Aiguille du géant.

en zoomant sur les Grandes Jorasses et l'Aiguille du géant sur fond de ciel métallique.

un peu plus haut et beaucoup plus célèbre, le vieux refuge du Lac Blanc.

Quelques images sur ce bel ensemble nuageux au dessus du toit de l'Europe.  le fameux âne du Mont-Blanc n'annonce jamais rien de bon.

voir évoluer ce lenticulaire coiffant le sommet a été un vrai plaisir

il disparaît, réapparaît, monte, descend, se stratifie, la matière cotonneuse respire.

puis il s'impose définitivement au sommet. La chenille humaine adepte des cimes, visible aux jumelles, doit redescendre pendant qu'il en est encore temps.

les nuages orogéniques reignent en maitres pour quelques heures encore

les cirrus se mêlent à la danse

le Mont-Blanc est définitivement ce jour sous cloche.

finiront

Les cirrocumulus arrivent par le Nord Ouest et c'en est fini de la couleur bleue.

Mais cette forme lisse et arrondie me direz vous, d'où vient elle ?  et bien c'est grâce à ces hommes, brosseurs de nuages, qui les cajolent, les papouillent pour notre plus grand plaisir

          Mais, ça reste entre nous ....................................




le Mésosaure et le ptérodactyle

Vous pouvez retrouver les folles aventures du Ptérodactyle et du mésosaure sur mon blog du Parc du Vercors:

http://blogs.parc-du-vercors.fr/le-blog-d-alain-herrault/le-mesosaure-et-le-pterodactyle.html




Broken, Parhélie, .....

Vous pouvez retrouver cette série sur les Broken et parhélies sur mon blog du Parc du Vercors:

http://blogs.parc-du-vercors.fr/le-blog-d-alain-herrault/broken-parhelie-fatomes.html




le Mont-Aiguille en panoramiques

Vous pouvez retrouver cette série panoramique sur la plus belle montagne du monde ici:

http://blogs.parc-du-vercors.fr/le-blog-d-alain-herrault/la-pbmdm.html




les pins drapeaux

Bonjour

vous pouvez voir l' article ici:

http://blogs.parc-du-vercors.fr/le-blog-d-alain-herrault/bonjour-149.html




Ca plane pour moi !!

Bonjour

Vous pouvez retrouver cet article ici:

http://blogs.parc-du-vercors.fr/le-blog-d-alain-herrault/bonjour-145.html




Sorbet du jour

Vous pouvez retrouver les images de la clarée dans la galerie créée à cet effet ou ben ici:

 

http://blogs.parc-du-vercors.fr/le-blog-d-alain-herrault/givres.html




Peur sur la ville

 

Ce reportage est désormais disponible ici:  

http://blogs.parc-du-vercors.fr/le-blog-d-alain-herrault/peur-sur-la-ville-134.html

 




Bouquetins

Vous pouvez retrouver nos amis bouquetins dans la galerie créée à cet effet ou sur le fil suivant:

http://blogs.parc-du-vercors.fr/le-blog-d-alain-herrault/le-bouquetin.html




Expo Péri

bonjour !

Vous pouvez retrouver les images de l'expo Péri dans la rubrique Inclassable




l'ami Chocard

Bonjour.

 

    cet article est disponible désormais ici:

 

 

http://blogs.parc-du-vercors.fr/le-blog-d-alain-herrault/bonjour.html

 

merci pour votre fidélité.

 

alain 

   




Top